SAVOIR ENFIN QUI NOUS LISONS

Des rencontres avec des auteurs et des autrices, pour découvrir leurs livres et les parcours de ces hommes et femmes qui écrivent

 

Savoir enfin qui nous lisons*

En collaboration avec Le Sillon, le Réseau des bibliothèques poursuit l’organisation de rencontres avec des auteurs. Dans une bibliothèque ou dans un domaine viticole, autour de petites tables en dégustant un verre de vin, on vous propose d’assister à un échange pour savoir enfin qui nous lisons. Cette année Gérald de Murcia (bibliothèque de Lieuran-Cabrières) et Lucie Ambrosi (coordinatrice du Réseau) mèneront l’entretien avec les écrivains invités et nous feront découvrir une personnalité, un parcours, une vision du monde, un style d’écriture…

Les échanges seront ponctués de lectures par des comédiens et se termineront autour d’un buffet partagé.

Gratuit / Venez avec quelque chose à partager pour le buffet

 

* Titre inspiré du spectacle Savoir enfin qui nous buvons de Sébastien Barrier, avec son aimable autorisation


Sylvain Coher

Vaincre à Rome (Actes sud)

Sylvain Coher, après des études de lettres modernes, a successivement été moniteur de voile, surveillant d’internat, libraire, éditeur, maçon. Depuis 2002 il réserve son temps pour l’écriture. Il est depuis 2006 l’auteur associé du Théâtre de l’Arpenteur (Rennes) pour le projet Frontière. Dans le cadre de cette collaboration, il a écrit un récit, Les Effacés, paru en mars 2008 aux éditions Argol. Avec Vaincre à Rome, Sylvain Coher nous propose une fiction autour du mythe d’Abebe Bikila, marathonien éthiopien, premier champion africain noir des Jeux olympiques, vainqueur du marathon de 1960 à Rome, courant pieds nus, 20 ans après l’occupation italienne de l’Éthiopie sous Mussolini.

Fontès Médiathèque / Ven. 9 Oct. 19h


Autour de Hafed Benotman

Les Forcenés, Éboueur sur échafaud (Rivages/Noir)

Hafed était un bandit. Il a passé 17 ans de sa vie en prison. Plusieurs fois condamné, son expérience carcérale a irrigué toute son oeuvre : romans noirs, poésies, chansons, scénario, pièces de théâtre. Benotman avait coutume cependant de mettre les points sur les « i » et corrigeait ainsi les choses :
« Je ne vole pas, je me rembourse.
Je ne cambriole pas, je récupère.
Je ne trafique pas, je commerce.
Je suis déjà ce que je serai.
Je suis juste en avance sur la vérité, la mienne. »

Son oeuvre et sa correspondance feront l’objet de la soirée.

Octon Village des Arts et Métiers / Ven. 20 Nov. 19h


Luc Lang

La tentation (Stock) Prix Médicis

L’histoire démarre en forêt, dans une nature savoyarde magnifiquement décrite et extrêmement présente avec la traque d’un cerf à seize cors. C’est l’automne, la nuit. Le chasseur s’appelle François, la cinquantaine, chirurgien à Lyon. La tentation est l’histoire d’un choc de générations, où la dimension familiale et sociétale se mêlent, nous confrontant à la question de la transmission des valeurs dans un monde en mutation, thématique chère à Luc Lang. Un livre à l’écriture vive, aux allures de thriller, sur fond de tragédie familiale, qui nous embarque dans un drame moderne.

Ceyras Médiathèque La cave à livres / Jeu. 3 Déc. 19h


Mathias Bonneau

Histoire d’un arbre (Editions Ulmer)

Le roman graphique d’un arbre par un amoureux des forêts et du travail du bois. Dans ce livre, Matthias Bonneau nous raconte, par l’image, l’histoire d’un hêtre, de sa vie dans une forêt du Tarn jusqu’à sa transformation en fauteuil. Au fil des pages et des images, Matthias Bonneau nous fait vivre de l’intérieur l’intense satisfaction d’avoir rendu hommage à l’arbre et de lui donner une seconde vie. Matthias Bonneau, après des études d’architecture, a décidé de reprendre le chemin des bois et de devenir bûcheron gestionnaire forestier, dans la Montagne Noire, au sud du Massif Central où il manie ses crayons et sa tronçonneuse.

Octon Village des Arts et Métiers / Ven. 29 Jan. 19h


Sylvain Prudhomme

Par les routes (L’Arbalète/Gallimard) Prix Fémina, Prix Landerneauv

Sylvain Prudhomme a passé son enfance à l’étranger (Cameroun, Burundi, Niger, Ile Maurice) avant d’étudier à Paris où il obtient une agrégation de lettres modernes. Par les routes est son dernier roman où il raconte la force de l’amitié et du désir, le vertige devant la multitude des existences possibles. C’est son roman le plus personnel. Ecrit à la première personne, ce n’est pas pour autant un ouvrage autobiographique. Malgré tout, les personnages de l’auto-stoppeur, de Marie ou de Sacha, chacun est une partie de lui, cela permet d’explorer des possibilités de vie.

Lieuran-Cabrières Domaine de Bellefontaine / Jeu. 4 Fév. 19h


Guy Boley

Quand Dieu boxait en amateur (Grasset)

Guy Boley a été maçon, ouvrier d’usine, chanteur des rues, cracheur de feu, acrobate, saltimbanque, directeur de cirque, funambule à grande hauteur, machiniste, scénariste, chauffeur de bus, garde du corps et cascadeur, avant de devenir dramaturge pour des compagnies de danse et de théâtre. Dans Fils du feu, son premier roman, le narrateur parle d’un temps qui n’est plus, de ses parents morts et oubliés auxquels il redonne vie le temps du souvenir. Quand Dieu boxait en amateur (2018) est consacré à son père, René Boley, forgeron bisontin et boxeur amateur. Guy Boley prend la plume pour lui rendre hommage : un uppercut littéraire.

Cabrières Cave de l’Estabel / Jeu. 11 Mars 19h


Joseph Ponthus

A la ligne (Table ronde) Grand prix RTL Lire, Prix Jean Amila-Mecker, Prix Eugène-Dabit du roman populiste, Prix du premier roman par les lecteurs des bibliothèques de la Ville de Paris, Prix Régine-Deforges

Après des études supérieures et dix ans d’engagement en tant qu’éducateur de rue, si Joseph Ponthus est entré à l’usine c’est par nécessité : « L’usine c’est pour les sous. » Et jamais l’intérimaire ne se plaint. Il encaisse, il enregistre. À la débauche, s’il le peut, il écrit. Pour supporter la besogne, l’auteur pense à Beckett, Dumas, Apollinaire, Rabelais. Il chante aussi du Trenet à tue-tête. Un premier livre coup de poing, rédigé en vers libres.

Clermont l’Hérault Bibliothèque municipale Max Rouquette / Jeu. 8 Avr. 19h


 

Des rencontres imaginées par le Réseau intercommunal des bibliothèques, avec la collaboration de Gérald de Murcia

 

Les rencontres jeunesse

En partenariat avec l’association T’as pas tout dit

L’association T’as pas tout dit a pour vocation de promouvoir la lecture et surtout la rencontre du public avec les oeuvres et leurs auteurs.
Elle travaille tout au long de l’année en lien avec les Réseaux de bibliothèques de 3 territoires, leur proposant la venue d’auteurs jeunesse.
Cette année, ce sont pas moins de 10 grands noms, qu’ils soient auteurs ou illustrateurs, qui vont venir à la rencontre du public scolaire.

  • Florence Aubry (autrice)
    du 3 au 5 Nov. / Collégiens et lycéens
  • Jo Witek (autrice)
    du 24 au 26 Nov. / De la maternelle au CM2 / Collégiens et lycéens
  • Marion Brunet (autrice)
    du 8 au 10 Déc. / 3e et lycéens
  • Ilya Green (autrice-illustratrice)
    du 12 au 14 Jan. / de la Grande section au CM2
  • Gilles Abier (auteur)
    du 26 au 28 Jan. / Pour les CM / Collégiens et lycéens
  • Martine Perrin (autrice-illustratrice)
    du 9 au 11 Fév. / De la Moyenne section au CE1
  • Antoine Guillopé (auteur-illustrateur)
    du 9 au 11 Mars / du CP au CM2
  • Noé Monin (illustrateur de BD)
    du 23 au 25 Mars / Pour les CM, collégiens et lycéens
  • Stéphane Servant (auteur)
    du 6 au 8 Avr. / De la Grande section au CM1, 3e et lycéens
  • Ronan Badel (auteur-illustrateur)
    du 13 au 15 Avr. / Du CP au CM