Editos

Cette nouvelle saison qui s’ouvre est différente des autres. Car jamais l’importance de se rencontrer, de se parler, de se regarder ne s’est faite autant sentir que pendant ces longues journées de confinement auxquelles nous avons été soumis.

La nouvelle équipe communautaire est consciente de ces attentes et de la nécessité de réinventer le temps du spectacle.

Sillonner et irriguer le territoire du Clermontais d’une culture riche de nouvelles envies tout en respectant les contraintes exigées par la sécurité de tous : tel est le défi lancé à l’équipe du Théâtre.

Le programme que vous allez découvrir est le résultat de ce défi qui a été relevé avec brio.

Bonne saison à toutes et à tous !

Claude Revel, Président de la Communauté de communes du Clermontais

 


« La culture c’est comme l’eau, le gaz et l’électricité, c’est un service public ». Jean Vilar
Il est impossible de vous présenter la nouvelle saison sans évoquer le covid 19, qui nous a imposé une vie sous cloche pendant deux mois. Le déconfinement par étapes et l’obligation de respecter une « police des corps », a ouvert des mois de solitude relative, et la frustration a créé un besoin de sociabilité effervescente. Sinistrée par cette période de crise sanitaire, qui pose d’infinis problèmes à un secteur culturel (600 000 emplois) précarisé et morcelé, la culture a besoin de projets. Après un été sans ces centaines de festivals, il y a urgence à rouvrir les salles à l’automne et à resillonner notre territoire.

Avant d’incarner une programmation culturelle, il faut l’imaginer, l’élaborer. C’est ce que Fabien Bergès et son équipe du Sillon s’évertuent à faire saison après saison. La culture doit être au service de tous et surtout de ceux qui en sont exclus. La culture est une nécessité, une source de bonheur, de générosité. Le covid 19 a été un bâillon de culture, nous vous proposons un bouillon de culture qui va venir à votre rencontre sur notre territoire.

La volonté de ce nouveau projet est un véritable défi. Après cette période difficile, nous espérons déclencher un véritable rebond, renouveler l’appétit pour la culture, et redonner envie au public de revenir dans les salles et l’espace public, sans la peur au ventre, pour revivre cet acte de partage qu’est un spectacle vivant.

Quelles que soient les circonstances, nous continuerons à vous proposer une politique de reterritorialisation des consommations culturelles. Nous vous invitons au partage d’une culture déformatée, démocratisée, agile et mouvementée en marge des habitus culturels. Le moment est essentiel pour tenter de rassembler dans un même écoute et sur un pied d’égalité les publics carencés, les publics empêchés, les publics entravés… et même les non publics. Peut-être selon l’évolution, faudra-t-il s’adapter. Les formes et les lieux des propositions de cette saison intègrent ainsi, par anticipation et autant que possible, les contraintes qui s’imposent à tout rassemblement. Mais, réduire les formes de proposition, réduire les jauges, ce n’est pas réduire les ambitions.

La culture n’est pas une posture, ni seulement des propositions récréatives. La culture c’est le coeur même de la démocratie, de la citoyenneté. Pour ces raisons nous allons continuer à chercher des mots, des sons, des couleurs, des saveurs pour demain. Sens et sensations que nous vous inviterons à partager dès septembre, en célébrant notre patrimoine avec la Barrula.

Alors après ce covid 19 qui a réussi ce sinistre exploit de brouiller le lien entre notre corps et notre esprit, nous allons continuer, comme le dit le philosophe Bernard Stiegler, à « penser pour mieux panser ».

Vite que ça redémarre !

Claude Valéro, Vice-président de la Communauté de communes du Clermontais, délégué à la culture et au patrimoine


C’est peu dire que la période est particulière et que la crise sanitaire a bouleversé nombre de choses, et notamment, pour ce qui nous concerne, la manière de préparer et d’annoncer une saison de spectacles. Depuis plusieurs mois nous jonglons avec les scénarios de report, les hypothèses de reprise, les protocoles d’accueil du public… Autant dire que nous avançons dans le brouillard, privés de ce qui nous semblait jusque-là une évidence, ou pour le moins un réflexe professionnel : la projection dans le temps.

Les spectacles se préparent, le plus souvent, deux ans avant d’être joués pour la première fois, les programmations des Théâtres sont d’habitude ficelées au moins un an à l’avance, et vous, les spectateurs, n’hésitez pas à acheter une place pour une représentation qui aura lieu plusieurs mois plus tard, quand, parfois, vous ne savez même pas ce que vous ferez le week-end prochain. Voilà nos us et coutumes battus en brèche et la nécessité de s’adapter devenue le nouveau leitmotiv.

Aussi, pour la première fois, cette brochure présentera dans les détails la programmation de septembre à décembre 2020, mais ne vous annoncera qu’en pointillés ce que nous avons imaginé pour les mois de janvier à juin 2021. De même, nous ne sacrifierons pas au rituel de la présentation de saison au Théâtre, préférant redémarrer notre activité par des rendez-vous à petites jauges et en extérieur.

Comme le randonneur embarqué dans une grande escapade et qui sait sa journée longue, on ne se projette d’abord que sur le prochain col, celui qu’on peut tutoyer du regard. Quand nous y serons, nous verrons bien quel paysage nous découvrirons.

Ensemble, nous vous proposons donc d’avancer par chapitres. Nous avons bâti des séquences de quelques jours à quelques semaines, comme autant de petites histoires différentes à construire et raconter, une nouvelle manière de tirer le fil d’un thème ou d’une idée. Ce cheminement par épisodes sera aussi l’occasion de renouveler notre façon de sillonner le territoire, en ne se contentant pas de diffusion éphémère de spectacles ici ou là, mais en faisant des communes ou des quartiers de véritables ports d’attache, nous permettant de rencontrer mieux et plus largement les habitants du Clermontais. Nous souhaitons ainsi continuer à cultiver l’utopie d’un théâtre accessible à tous, d’un service public que les usagers connaissent, reconnaissent et dont ils savent se saisir aisément.

La crise n’a pas altéré les valeurs qui sous-tendent le projet du Sillon. Au contraire, le travail de proximité, mêlant spectacles et actions culturelles, la nécessité de sortir des murs et de faire théâtre partout, dans l’espace public et en pleine nature, semblent avoir regagné du crédit. Forts de ces convictions et tout en avançant pas à pas, avec la nouvelle prudence de mise, nous nous emploierons à écrire avec vous les nouvelles pages de l’histoire de ce Théâtre, dont nous espérons qu’elles feront toujours preuve d’audace, d’inventivité et de générosité.

 

Fabien Bergès
Directeur du Théâtre Le Sillon